Des jeunes créés par la société

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Julie Adams, jeune femme de vingt ans aux cheveux rouges formant des loques et attachées en gros chignon, se promenait dans la galerie d’un centre commercial situé proche de Maubeuge. Elle regardait, au travers d’yeux en amande verts devancés par lunettes à grosse monture noire, les différents produits exposés dans les vitrines. Ses vêtements colorés et trop larges tranchaient nette avec la blancheur de sa peau. Cette fille possédait une démarche non-chalande portée par des Converses rouges. Elle donnait l’air d’être rêveuse au travers de son regard un peu perdu, ou plutôt ailleurs. Il voyait le monde différemment. À propos de la différence, c’était le mot d’ordre de son exposé. En effet, Julie était étudiante en art et elle devait réaliser un travail sur la société de consommation. Pour ce faire, elle décida de filmer ce monstre, pour certaines personnes, à l’aide de lunettes possédant une petite caméra. Ensuite, l’étudiante réalisera un montage vidéo. Elle voulait absolument éviter de tomber dans les clichés habituels. L’étudiante allait essayer de trouver une approche innovante, peut être sous forme d’une normalité. Après tout, la consommation est nécessaire pour notre survie, pensa Julie. Évidemment, ce système possède des défauts : il crée des besoins superficiels et des inégalités. Cependant, il fait partie de notre vie.

Julie se voulait être une élève modèle. Sa passion pour l’art en général lui permettait d’obtenir de très bonnes et par conséquent prouver à ses parents qu’elle pouvait réussir une belle carrière dans le domaine artistique. Le problème venait surtout du côté du père. Comme là majorité des individus hors de ce milieu, il pensait que tous les artistes étaient des drogués sans argent. La jeune fille, à l’aide de sa mère, avait réussi à convaincre son géniteur de la laisser faire des études d’art en disant tout simplement que lorsque la passion est présente, on peut tout réussir.

À l’extérieur, le soleil d’été étouffait les passants comme dans un four. Les vitrines mettaient en valeur les différents produits servant à passer de bonnes journées sur une plage ou dans un camping. En effet, les vacances arrivaient très rapidement. Dans une semaine, les enfants finissaient l’école et les parents allaient les emmener voir d’autres paysages. La joie se voyait sur la majorité des visages. Les gens souriaient aux inconnus et les enfants rêvassaient à leurs futurs amis temporaires ou à leur première fête nocturne au bord de mer.

Julie, tant à elle, allait partir, en compagnie de trois amies, aux Pays-Bas dans un camping comportant que des petits baraquements. Ces dernières se regroupaient en îlots au tour d’une pelouse bien verte. Les jeunes filles avaient choisi cette destination non pas pour la drogue (fait habituel de la part des étudiants), mais pour l’ouverture d’esprit des habitants. Elles espéraient pouvoir entreprendre des conversations enrichissantes avec des autochtones. De plus, en secret, les quatre copines souhaitaient faire quelques expériences sexuelles. Elles n’étaient pas des filles facile ou vulgairement dit, des salopes. Tout simplement, elles aimaient le sexe à la même façon dont on aime la bonne nourriture. Ces drôles de dames choisissaient toujours des hommes mâture. Comme cela, elles n’étaient jamais déçues.

Ces jeunes femmes ne s’habillaient pas vulgairement, comme on pouvait le penser. Leurs vêtements appartenaient au style baba cool nouvelle génération, c’est à dire des larges maillots et des pantalons ambles multicolores, mais sans grosses fleurs propres à cette génération. La seule chose un peu sexy dans leur habillement était les débatteurs possédant un large décolleté qui mettait en valeur leur petite poitrine très ferme. Ces seins formaient deux dunes à l’air libre. Ils n’effectuaient aucun mouvement, même durant les efforts sportifs de leurs propriétaires. Malgré leur petite taille, les hommes les regardaient avec plaisir. Il fallait dire qu’ils étaient parfaits, fermes et tenant bien en main. De plus, aucun bébé n’avait encore abîmé les tétons avec leurs suçons prolongés. Si ces filles avaient eu des pantalons ou des shorts moulants, les regards masculins auraient également portaient sur leurs fesses. En effet, les quatre demoiselles possédaient des « culs » très rebondis. Leurs partenaires sexuels adoraient les prendre à pleine main pour les malaxer durant quelques secondes.

La galerie commerciale formait un « L » et possédait deux entrées-sorties à ses extrémités. En son centre se trouvait l’entrée pour la partie marchande. L’endroit était rempli de personnes se bousculant à coup de cadi. Nombreux d’entre eux cherchaient simplement de la fraîcheur.

Dans le hall, le toit de verre laissait passer le soleil qui formait, au travers des différentes poutres métalliques, des halos lumineux sur un sol blanc tacheté. Si on se situait à l’extrémité du hall durant un jour de non-fréquentation, on aurait constaté que les cercles étaient parfaitement alignés. Aujourd’hui, ces puits de lumière mettaient en valeur durant quelques secondes des petits groupes de personnes qui constituaient un serpent sans tête ni queue.

***

Un jeune homme aux traits fins et à la peau caramel regardait le sol d’une camionnette aux parois blanches. Il tenait entre ses jambes un fusil mitrailleur. Sa respiration était haletante dans une écharpe à l’effigie de la Palestine. C’était sa mère qui l’avait tricoté pour le dernier hiver. Yanis, un jeune de quartier populaire, mal dans sa peau à cause, en autre, d’un manque de but dans sa vie. L’école lui avait tourné le dos par défaut de patience. Il avait, comme la majorité des jeunes étant parmi sa situation, essayé de devenir footballeur professionnel. Yanis mit toute sa volonté dans son nouveau chalenge. Il s’entraînait chaque jour malgré le froid ou la chaleur. De plus, Keltoum, sa grande sœur et la chef de famille à la suite au décès de leur père, l’encourageait le mieux qu’elle pouvait. Malheureusement un jour, le jeune footballeur se blessa gravement au cours d’un match au niveau du tibia. Il subit trois opérations et des dizaines d’heures de rééducation. Malgré cela, sa jambe ne retrouva pas la totalité de ses capacités. Yanis compris par lui-même qui ne pourrait plus jamais jouer au football.

Après trois semaines de dépression, enfermé au sein de sa chambre, il décida de se confronter à la réalité du travail. Pour ce faire, il envoya des dizaines cv aux différentes grandes entreprises régionales. Malheureusement, il n’obtient aucune réponse positive, même auprès des boîtes d’atterrîmes. Le jeune homme se tourna vers la religion espérant trouver des réponses à ses maux de vie. Il alla à la mosquée de « Sous-le-bois ». Malheureusement, il rencontra un islamiste qui repérera tout de suite son mal-être. Cet individu devint rapidement son ami. Il écoutait attentivement ses plaintes en lui apportant toujours des réponses au travers de la religion. Puis, Mohammed, de son prénom de reconversion, le nouvel ami de Yanis, radicalisa son discours. Il mettait en avant le racisme en France. Régulièrement, ses dires étaient les suivants : dans ce pays, on n’est pas les bienvenues. On est rejetés comme si on était la cause de leurs maux. Et chez nous, sur notre véritable terre, on nous considère comme des traites. Nous n’avons plus de véritable maison. De ce constat, je crois sincèrement que les musulmans français devront frapper fort un jour pour changer la situation.

Les semaines passées, et Keltoum voyait, impuissante, son frère se radicalisait, et cela malgré ses nombreuses remarques. Il mettait la tenue traditionnelle chaque jour pour se rendre à la mosquée. Son visage se couvrit d’une barbe hirsute, descendant jusqu’au milieu de son cou. Ses recherches de travail s’étaient totalement interrompues. Seule, sa foi comptait.

« On est arrivé. Vous savez quoi faire. Que Dieu vous guide mes frères »

Ces mots résonnèrent dans la camionnette qui ne tarda pas à être remplie de lumière, car les deux portes coulissantes arrière s’ouvrirent brusquement. Les compagnons de Yanis descendirent en premier. Aussitôt à l’extérieur, ils se mirent à tirer sur les passants qui tombaient en grimaçant. La terreur n’avait pas encore fait son apparaissions. Le temps de la stupeur fessait restait immobile les personnes. On se serait dit dans un film au ralenti.

Le jeune homme, encore assis à sa place, regardait cette scène comme un simple spectateur. La mort était déjà présente. Des cadavres se couchaient derrière les voitures qui allaient peut-être perdre leur propriétaire. Dans l’axe de la porte gauche, un petit garçon de quelques années courait vers sa mère tombée sous une rafale de balles. Arrivé à deux mètres d’elle, un projectile atteignit l’arrière de son crâne. Ses pieds décollèrent du sol et retombèrent sur le dos de la femme. Un nuage rouge translucide indiquait la trajectoire de la tête.

Yanis se recroquevilla sur lui-même. Il ne voulait plus y aller. Pourquoi tuer tous ces innocents ? Pour un dieu qui prône le respect envers les non-croyants ?

« Vieux, tu bouges ton cul ou tu comptes attendre l’hiver ici »

Ces dires, prononcés par une voix rock, le ramena à la réalité et tel un robot, il descendit au sein de l’enfer. Le reste de la bande était déjà loin dans la galerie. Yanis passa de la lumière du jour à l’ombre du bâtiment, en suivant un chemin imaginaire créé par les cadavres de tout âge et tout sexe. Il s’arrêta devant une vitrine d’un magasin de téléphones mobiles. Le conducteur de la voiture passa derrière lui et cria :

« Fais ton devoir, mon frère »

Le jeune jeta rapidement un coup d’œil à l’intérieur, puis tira une rafale de balles au travers de la vitre, en prenant garde de viser le plafond. Le verre éclata, puis tomba en cascade sur le sol.

« Continue comme cela »

***

Julie se promenait lentement dans le rayon surgelé. Elle disait quelques commentaires pour la vidéo.

« Voilà l’évolution de la nourriture. Durant des siècles, nous humain, avons tué des bêtes sauvages. À présent, nous prenons de beaux morceaux de viande congelés »

Elle était sur le point de finir sa réflexion, quand une pétarade lointaine la fut sursautée. Des cris accompagnaient ses bruits. Elle pensa que c’était de jeunes voyous qui claquaient des pétards. Les vigiles devaient sûrement leur crier dessus. Elle continua son chemin, oubliant le fil de ses commentaires. Arrivée dans l’allée principale, elle tourna machinalement la tête vers la gauche. Julie vit avec surprise des gens courir vers elle. Ils avaient l’air tous affolés. Des cris fusaient en tous sens. Cette marée humaine reflétait une panique immense. Des hommes bousculaient enfants et femmes pour passer en premier. On se serait dit un jour de grand solde, mais poussé à l’extrême. Les pétarades s’étaient considérablement rapprochées. Julie pétrifia totalement, bouche ouverte. Elle ne comprenait pas de toute la situation.

« Il ne faut pas rester là, jeune fille ! C’est une fusillade. Fuyez »

Notre héroïne se retourna afin de voir son interlocuteur. Cependant, elle vit que des personnes fuirent. Un puissant coup de feu la ramena à la réalité. Elle traversa en vitesse le rayon d’en face, qui exposait un ensemble de friandises, pour atterrit dans l’allée principale. Elle fit un quart de tour, puis se mit à courir le plus vite possible vers le fond du magasin, c’est-à-dire vers le rayon des boissons, espérant s’éloigner le plus possible des tireurs fous. Mademoiselle Adams se positionna au centre du rayon. Son cœur se débattait parmi sa poitrine. Il lui fessait très mal. Les coups de feu s’approchaient, ainsi que les hurlements et des voix masculines qui criaient :

« Mort à vous, bande de sales porcs »

Julie, dans sa panique, savait qu’elle devait trouver rapidement une échappatoire à cette situation, sous peine de mourir. Elle se força à se calmer, et en même temps à retrouver ses esprits. Pour se faire, la jeune femme respira profondément pendant quelques secondes. Ensuite, alla se placer à l’extrémité du rayon (côté allée centrale). Ce qu’elle vit ne la rassura pas du tout. En effet, des personnes étaient couchées sur le sol, et bien souvent à côté d’une flaque de sang. Elle ne vit aucun tireur, ce qui était évidemment une bonne nouvelle. De plus, on attendait uniquement des tirs lointains. Elle se précipita à l’opposé du rayon. L’allée était desserte. Son regard se posa sur une porte de service située à côté d’un grand volet donnant sûrement dans un hangar. Elle lança des regards attentifs dans toutes directions, espérant de ne voir personne. Elle avança lentement vers la porte, en s’arrêtant à chaque rayon pour vérifier la non-présence d’éventuel tireur. Ses lunettes continuaient à filmer ce moment particulier.

Elle atteignit la porte à bout de souffle, l’ouvrit et

« Ne bouge plus sinon tu es morte »

***

Yanis continuait à déambuler, en faisant très attention à ne pas croiser l’un de ses amis, dans la galerie marchande, fusille à la main. Chaque fois qu’il croissait des personnes affolées, il fessait signe de partir vers la sortir. Le jeune homme ne pouvait pas tuer des innocents, c’était plus fort de lui, même s’il avait été formé pour. Déjà la veille au soir, dans son lit, il ne savait plus s’il devait vraiment y aller. Il s’imaginait en train de tenir en joue un innocent, avoir sa vie à portée de canon. Même si mon ami m’a appris que c’était des ennemis au travers de leur non-croyance et surtout de leur racisme envers nous. Cependant, les généralités nuisent aux personnes concernées, en plus d’être infondées. Les blancs ne sont pas tous de furieux racistes voulant à tout prix nous jeter dans la Seine. Je crois avant tout qu’ils sont manipulés par les médias. Ces derniers montrent toujours le mauvais côté des banlieues, c’est-à-dire les viols, la drogue, les voitures brûlées et les meurtres. Ces gens ont une famille, une vie, tout comme moi. Je ne peux pas les tuer, c’est impossible.

Tout en errant devant les différentes vitrines, Yanis tirait de temps à autre une rafale de balles en l’air pour donner l’illusion de tuer des personnes. Lorsqu’il rencontrait l’un de ses camarades, ce dernier prenait un malin plaisir à lui dire le nombre de personnes qu’il avait tuées. Notre faux tueur répondait toujours par un nombre inférieur. Sur ceux, ses amis le motivaient par ces mots :

« Va y frère, tu peux faire mieux »

L’homme répondait par un simple sourire gêné.

À aucun moment, il avait pensé comment cela allait se terminer. Notre héros était pris dans une spirale infernale. Les événements s’enchainèrent de façon automatique, et aujourd’hui il était là, tenant une machine à tuer, sans savoir quoi faire. Se sauver ou rester.

« Ramène-toi ! On a des otages »

***

Un groupe d’otages était regroupé dans la réserve du magasin. Julie se trouvait parmi eux. Tous portaient la peur sur leur visage. Ils formaient un cercle au milieu d’une grande allée fait de hautes étagères remplies de cartons de toute taille. On ne pouvait pas voir les rayons voisins. Cela donnait une sensation de confinement, malgré la largeur du rayon. Trois personnes armées étaient positionnées aux extrémités. Sous les tôles semi-transparentes recouvertes de mousse naturelle régnait une chaleur étouffante. Les otages transpiraient à grosses gouttes dans un lourd silence.

Pas un mot ne sortait de leur bouche. Chacun regardait le sol, à défaut d’un visuel d’atterré. Des gouttes de sueur tombaient sur le béton gris foncé, et formaient des petits cercles.

Toujours en silence, un groupe armé dispersa calmement les otages au sein de plusieurs rayons. Ils obéissaient sans aucune résistance. Julie se retrouva en présence de Yanis.

***

Julie n’osait pas regarder son preneur d’otage qui était Yanis. Elle ressentait un mal-être de la part de l’homme. Il effectuait les cent pas dans l’allée, tout en marmonnant des dires incompréhensibles. Son état nerveux ne rassurait pas de tout la jeune femme, d’autant plus qu’il tenait une arme dans les mains. Elle décida de commencer une conversation, histoire de détente l’atmosphère :

« Bonjour, comment t’appelles-tu ? »

« Ma religion m’attendit de parler aux femmes non musulmanes »

« J’en déduis que vous avez tué au nom de l’islam »

Yanis acquiesça de la tête, sans regarder la femme.

« Je croyais que c’était une religion pacifique »

« Exactement, mais lorsqu’on n’est pas respectés, un moment il faut prendre les armes, sinon on se fait écraser comme des insectes »

« Nous ne sommes pas tous des racistes en puissance. Malheureusement, il y en a. cependant, il ne faut pas généraliser. C’est comme si je disais que tous les musulmans sont des terroristes »

Yanis était sur le point de répondre, quand une voie rock se fit entendre derrière lui :

« Yanis ! Tu fais quoi là ? On n’a pas le droit de parler avec une femme. Elles incarnent le sheitan. Reprends-toi mon frère »

Le jeune homme tourna le dos à la femme et ne prononça plus un mot.

***

La nuit plongeait la réserve dans la pénombre. Tout était d’ombre. Les yeux fatigués avaient de grandes difficultés à distinguer les détails. La chaleur continuait à faire couler la sueur sur les visages des otages toujours répartis au sein des rayons.

Tout le long de l’après-midi, la police avait tenté de prendre contact avec les terroristes, mais en vain. Les ravisseurs ne possédaient pas de téléphone portable.

Julie était toujours avec Yanis, plongée parmi un lourd silence. À plusieurs reprises, la jeune femme avait tenté de se connecter sur internet grâce à ses lunettes pour envoyer des messages rassurants à ses proches, et peut-être même fournir des renseignements à police. Malheureusement, les WiFi n’arrivaient pas jusqu’à là. Par conséquent, en but de passer le temps, elle avait essayé à maintes reprises d’entamer une conversation avec son gardien. Cela était semblable à parler à un mur. Son but était de combler son esprit pour ne pas penser à la mort.

La nuit tombée, les deux individus étaient toujours ensemble, plongés au sein d’un lourd silence. La pleine lune éclairait, au travers des tôles semi-transparentes, l’endroit d’une lumière blanchâtre. Si la situation ne se voulait pas être si dangereuse, les personnes ici présentes, auraient pu se laisser croire, avec un peu d’imagination, se trouver au sein d’un lieu romantique.

La police n’avait pas arrêté de faire passer un hélicoptère au-dessus de l’entrepôt. Chaque fois, un tube lumineux illuminait tous les individus à tour de rôle, découvrant ainsi des visages apeurés. Chacun ne savait pas s’il allait revoir ses proches. Leur vie défilait devant eux comme un film en accéléré. Les bons moments, ainsi des mauvais, passaient à une vitesse effrayante. On aurait dit que la touche avance rapide avait été actionnée. Leur existence pouvait prendre fin par une simple pression sur une gâchette, propulsant ainsi un petit bout de métal. Une vie ne tient à pas grand-chose.

Julie pris en toute discrétion, de sa poche, un mini bloc-notes jaune et un crayon multi couleurs. Elle choisit le coloris bleu, puis commença à écrire :

« Certes, tu ne peux pas parler aux sexes faibles, mais tu peux leur écrire ? Non ! »

La femme forma une boule avec la feuille retirée du carnet, la lança sur la tête de Yanis qui se retourna tout surpris. Dans son regard rageur, il vit Julie lui faire signe de déplier la feuille. Il s’exécuta. Les mots firent apparaitre un léger sourire vite effacé de peur que quelqu’un le voie. À cette vue, la demoiselle fit rouler son stylo sur le sol. Un pied masculin enfermé dans une chaussure couramment appelé basket stoppa le crayon. Il hésita un instant, puis le ramassa et finalement noircis quelques lignes avec ses mots :

« Ma religion m’interdit toute forme de communication avec une femme »

La feuille fut repliée et renvoyée à l’expéditeur. Julie le regarda avec un air faussement boudeur, en baissant la tête vers l’avant. L’homme ne put s’empêcher de sourire de nouveau. Il regarda au tour de lui, puis s’approcha de son otage.

« Tu vas bien ? Tu n’as pas soif ? »

« Tu me parles ? Fais attention à ne pas aller en enfer »

« Ne te moque pas de ma religion. Même si tu es hâté, respecte au moins mon dieu »

« Tu as raison. Excuse-moi »

« Nous ne sommes pas si mauvais que ça, tu sais. Nous souhaitons simplement montrer aux non-croyants que nous ne sommes pas des monstres »

« En tuant ! »

Yanis se rapprocha de l’oreille féminine.

« Je n’ai tué personne. J’aurais dû les empêcher, mais je ne voulais pas mourir. Je veux revoir ma famille. Tu vas me dire que j’aurai dû y réfléchir avant. Cependant, un faux bonheur apparut dans ma vie assombrie à cause du décès de mon père et le fait que je ne trouve pas de travail. Un ami m’a fait découvrir l’islam radical. Je me suis réfugié dedans sans réfléchir. J’avoue, j’ai peur de la fin des événements »

« Tu peux te rendre à la police »

« Si je fais cela, ils me tueront, car je serais un traitre. Je veux absolument revoir ma mère et ma grande sœur »

« Tu n’es pas comme les autres. Tu as un bon fond »

« Tu sais, ils sont tous comme moi. C’est simplement des jeunes qui n’ont pas trouvé leur place dans la société »

« Ils ont tué des gens, pas toi »

« La vie les a rendus plus durs. Et certains d’entre eux n’ont plus d’attache dans ce monde »

« Tu n’as aucun plan pour sortir vivant de cet endroit ? »

« Non ! D’un côté, il y a mes amis qui me tueraient si je me sauve. De l’autre côté, les policiers risquent de m’abattre »

« On pourrait monter un plan pour s’évader à deux »

Ils continuèrent à discuter en cachette durant une heure. Ils firent connaissance. S’apprécièrent, tout en pensant qu’ils pouvaient devenir amis en dehors de cet endroit. En profondeur, ces deux individus n’étaient pas si éloignés. Ils étaient deux jeunes personnes voyageant dans la même époque et ayant beaucoup de bonté. Julie avait également passé une mauvaise période, au moment où son père lui refusait l’accès aux études d’art. À cette époque, elle commença à se droguer pour oublier ses problèmes, certes pas grave aux yeux de la majorité des gens, mais importants pour elle. Les joints faisaient que passer. Elle était presque tout le temps dans un état second, jusqu’à son entrée en école d’art.

Les deux jeunes évoquèrent leur amour envers leur famille respective. Ils avaient envie encore de partager des moments en présence de leurs proches, tout en se sentant aimer. Selon eux, la vie les n’avait pas encore transporté assez loin. Durant le voyage, le vrai amour ne l’avait pas encore frôlé.

***

Vers minuit, alors que Julie et Yanis parlèrent à voix basse pour continuer de faire connaissance et de passer le temps, un fumigène éclata près d’eux, en produisant un flash assourdissant. Les otages se jetèrent à terre aussi vite que possible. La panique fit son apparition au travers des cris accompagnés par des coups de feu. Les deux jeunes se blottirent l’un contre l’autre. Julie sentait le corps masculin contre elle. Ses yeux pleuraient tous seuls à cause de la fumée. Son souffle court s’entrecoupait de toux qui la fessait cracher sur le sol en béton. Malgré la proximité, elle ne voyait pas l’homme qui tentait de la protéger avec son propre corps, et cela même la courte durée de leur connaissance. Elle avait l’impression qu’il pleurait, car spammes le secouer. De plus, les derniers dires de l’homme arrivaient à son oreille :

« Maman, grande sœur, je vous aime »

***

Julie était agenouillée devant une tombe, encadrée de deux femmes qui pleuraient. Sur la pierre, on pouvait lire :

« Un jeune homme victime de la société »

Lien Permanent pour cet article : http://blog.royaumehandi.fr/2014/01/1353/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.