La dame

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Plongeai au sein d’un monde romanesque
Bercé d’une agréable chaleur au travers d’un feu joyeux
Enchanté lentement par sa musicalité
Pièce bercée par une lueur tamisée rougie par le sol, et guidant mon regard peiné
De grandes bibliothèques faites d’un bois sombre, me prennent en leurs bras littéraires
Multitudes de livres, multitudes de voyages imaginaires
Aperçois à la fenêtre, une dame blanche dansante au-dessus d’un tapis vert, dans la brume, sur un décor forestier abandonné par la verdure
Donne une sensation de légèreté comme un papillon nocturne
Tournoi sur elle-même en faisant mouvoir les feuilles mortes, avec sa longue robe couleur neige, d’un autre siècle
Chevelure blonde ondulant sur l’air hivernal
Œillade bleue remplit d’histoire, me fige par tendresse
Souriant profondément, touchant au plus loin de mon être
Perds la réalité et sors la rejoindre sans aucune pensée
Insensible au froid, juste à son délicieux regard
Beauté éternelle m’envoûtant au-delà de l’infini
Raison s’évadant à jamais, substitué par un étrange amour
Folie ou sagesse, cela est-il raisonnable ? Cet instant me transporte, m’évade, me fait vivre tout simplement
Je t’aime, ces mots sortent librement
Prend sa main, puis partons au loin sans regret

Lien Permanent pour cet article : http://blog.royaumehandi.fr/2012/01/la-dame/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.